Cours intensifs

Les cours intensifs ci-dessous seront donnés en français uniquement.

Faites vite, les places sont limitées à 50 participants par cours!

 

Lundi 7 juin et mercredi 9 juin de 11h30 à 13:00

Depuis les études de préfaisabilité jusqu’aux activités de post-fermeture, un projet minier requiert l’acquisition de données sur les eaux souterraines pour l'obtention de son décret et de ses certificats d’autorisation. Les autorités gouvernementales prescrivent que les études hydrogéologiques soient effectuées selon des guides et procédures conçues afin de satisfaire aux exigences réglementaires. Pour la gestion des eaux souterraines, il s’agira, par exemple, d’études d’impact et d’états de référence, de programmes de suivi, de modélisations numériques du rabattement et de la qualité de l’eau, ainsi que d’études d’assainissement.

Lors des dernières années, des leçons apprises ont émergé de l’expérience de la consultation et de la recherche académique dans le cadre d’études hydrogéologiques menées sur des sites miniers. Cette nouvelle perspective révèle que les données hydrogéologiques ont un potentiel de mise en valeur allant au-delà du cadre prescrit par les autorités gouvernementales. Cette intégration améliorée des données d’eaux souterraines peut servir d’outil d’aide à la décision pour la gestion environnementale à long terme d’un site minier.

Ce cours vous permettra d’interagir avec un consultant et un professeur universitaire de manière à porter votre regard sur l’apport des données hydrogéologiques dans le cadre du développement d’un projet minier. Il sollicitera également vos apprentissages afin de les partager auprès des participants possédant des expertises diversifiées au sein de l’industrie minière.

 

S'inscrire à ce cours

 

Mardi 8 juin et jeudi 10 juin de 11h30 à 13h00

La prise de conscience toujours grandissante de l’impact potentiel des développements miniers sur l’environnement a amené un resserrement progressif et continuel de la pression sociale et des réglementations entourant la gestion de la ressource en eau depuis le début des années 2000 dans le monde et particulièrement au Québec et au Canada.

La gestion intégrée à l’échelle des bassins versants, des écosystèmes et de la ressource en eau en dépendant, dans lesquels les développements miniers s’inscrivent, est plus récemment devenue le modèle de gestion privilégié et clairement identifié par de nombreux organismes, tels que le Conseil International des Mines et Métaux (ICMM) avec son cadre de gérance de l’eau (2014) et son guide pratique de gestion de l’eau (2015) ainsi que l’Association Minière du Canada (AMC) avec son protocole d’intendance de l’eau (2019).

Un autre enjeu majeur et de plus en plus attendu par la société et les législateurs est la démonstration de la prise en compte des changements climatiques dans le développement de projets miniers. Cet aspect touche particulièrement la gestion des eaux de surface.

Pour répondre à ces attentes sociétales, une approche holistique de la gestion de la ressource en eau doit être démontrée par le développeur minier dès les premières étapes de développement d’un projet et jusqu’à la fermeture des opérations minières, fermeture qui doit d’ailleurs être prévue et définie au préalable pour que le projet puisse être autorisé.

Ce cours couvrira tout d’abord de manière succincte les objectifs et principes fondamentaux d’une bonne gestion des eaux d’un site minier, ainsi que les notions de bases de l’hydrologie et le cadre réglementaire entourant la gestion des eaux de surface d’une mine. Nous nous attarderons à décrire la façon dont la gestion des eaux d’un site minier doit être prise en compte à chaque étape de développement d’un projet minier, des étapes d’initiation du projet aux étapes de fermeture, en passant par la construction et les opérations minières.

Ce cours vous permettra d’interagir avec des consultants, ingénieurs ressource en eau, ayant de nombreuses années d’expérience dans le domaine de l’hydrologie et l’hydraulique appliquée aux projets miniers, particulièrement au Québec. Ce cours sera l’occasion de discussion sur vos expériences diverses en matière de gestion des eaux de surface, difficultés et contraintes rencontrées lors de projets et solutions apportées pour contourner ces difficultés.

ICMM, 2014 : Cadre de gérance de l’eau (Water Stewardship Framework).
ICMM, 2015 : Guide pratique sur la gestion de l’eau par bassin versant à l’intention des industries minière et métallurgique.
AMC, 219 : Protocole d’intendance de l’eau.

 

S'inscrire à ce cours

 

Jeudi 17 juin de 8h30 à 12h00

Une bonne connaissance des caractéristiques géochimiques des résidus miniers et du minerai est essentielle pour l’élaboration des plans de gestion permettant de réduire au minimum les impacts des activités minières sur le milieu récepteur. Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) a rédigé un guide visant à préciser les attentes du MELCC en matière de caractérisation environnementale des résidus miniers et du minerai. Publié en juin 2020, ce guide comporte des orientations de caractérisation différentes de celles qui sont indiquées dans la Directive 019 (2012). Le but de ce cours est de présenter de plus amples explications concernant les exigences et les recommandations du MELCC fournies dans le guide de caractérisation. Le cours est destiné aux entreprises qui doivent gérer des résidus miniers et du minerai et aux professionnels chargés de caractériser ces matériaux pour l’obtention des autorisations ministérielles.

La formation sera séparée en deux parties. Lors de la première partie, les principaux éléments du Guide de caractérisation des résidus miniers et du minerai du MELCC seront présentés, tels que les étapes de caractérisation, le nombre et la représentativité des échantillons, les méthodes et les paramètres analysés, l’interprétation des résultats et les critères de classement des matériaux caractérisés selon les risques environnementaux anticipés. Une attention particulière sera portée à l’identification de démarches et d’essais obligatoires en comparaison avec ceux qui n’ont qu’un caractère de recommandation et qui nécessitent un jugement professionnel.

Dans la deuxième partie du cours, des études de cas seront présentées, décrivant des exemples d’application du guide : des stratégies d’échantillonnage, d’interprétation de résultats analytiques et du classement des matériaux selon leur risque environnemental, des méthodes de gestion des matériaux d’après leur classement, et des plans de suivi. Des défis typiquement reliés à ces études seront discutés, tels l’interprétation de données analytiques variables ou ambigües, la classification et gestion des matériaux en considération des incertitudes compositionnelles et des changements de plan minier. Des discussions sur les aspects présentés seront encouragées.

 

S'inscrire à ce cours

 

Jeudi 17 juin de 8:30 à 12:00

Les ouvrages de retenue construits pour l’entreposage des rejets de concentrateur dans les parcs à résidus miniers doivent être conçus de façon à pouvoir supporter les charges critiques anticipées durant l’opération de la mine et après sa fermeture. Divers incidents survenus au cours des dernières années démontrent que la stabilité géotechnique de ces ouvrages soulève encore de nombreux défis. Plusieurs organisations ont proposé des modifications à leurs lignes directrices et aux critères de conception. Ceci affecte notamment le choix des méthodes d’analyse pour évaluer le comportement et la stabilité des ouvrages de confinement autour des parcs à résidus miniers.
Ce cours intensif, qui s’adresse aux professionnels du domaine de la gestion des rejets miniers, résumera d’abord la problématique générale, puis présentera de façon sommaire les propriétés usuelles des résidus de mines en roches dures, ainsi que les caractéristiques des digues de retenue. On reverra ensuite les principaux facteurs qui affectent la stabilité de ces digues pour des chargements statique et cyclique. Certains outils typiquement utilisés pour analyser le comportement des ouvrages seront revus. Le cours abordera aussi les critères de conception, ainsi que la sélection et l’effet des événements critiques comme les pluies abondantes et les séismes. Une portion du cours portera sur l’utilisation d’inclusions de roches stériles dans les parcs à résidus miniers afin d’améliorer le drainage et la consolidation des résidus, et la stabilité géotechnique des ouvrages. Certains des principaux résultats des travaux récemment menés sur le site de la mine Canadian Malartic, en Abitibi, seront utilisés pour illustrer l’utilisation des inclusions.

Mots-clés
Parcs à résidus miniers, digues, inclusions de roches stériles, drainage, consolidation, stabilité geotechnique, gestion des rejets, essais de laboratoire, mesures en place, simulations.

S'inscrire à ce cours

 

COLLABORATEURS